il y a 1 année · 2 commentaires

Formation de 7h pour conduire un scooter 50cc et 125cc

Formation de 7h pour conduire un scooter 50cc et 125cc

formation

Une Nouvelle Loi Pour les scooter 125cc est délivrée depuis le 01/01/2011 qui précise que toute personne n’ayant qu’un permis automobile depuis plus de deux ans, et n’ayant pas assuré un scooter 50cc et jusqu’ au scooter 125cc inclus) durant les cinq dernières années devra justifier de la formation de 7h pour conduire un scooter 50 cm 3 et un scooter 125cc,a défaut il conduit hors la loi.

Aussi il est obligatoire lors de la souscription d’un contrat d’assurance scooter 50cc ou pour un contrat d’assurance scooter 125cc sauf si le futur assurer est en mesure de prouver avoir été assurés pour conduire ce genre de Vehicule .

 


Ci-dessous, les explications nécessaires :
A partir du 1er janvier 2011, les futurs conducteurs de deux-roues devront suivre une formation obligatoire de 7 heures pour piloter une machine de 50 à 125 cm3.
La durée de formation obligatoire passe à 7 heures à dater du 1er janvier 2011
Jusqu’au 1 janvier 2011, seuls les conducteurs ayant obtenu le permis voiture (permis B) après le 1er janvier 2007 et justifiant de deux ans de permis devaient suivre une formation pratique de trois heures pour d’être autorisés à conduire un scooter de plus de 50 cm3 à 125 cm3. Il pouvait cependant piloter un tricycle à moteur* dès l’obtention de leur permis voiture. A dater du 1er Janvier 2011, cette règlementation change et cette obligation de formation est étendue tous titulaires d’un permis B même délivré avant 2007 et désirant conduire un scooter de plus de 50 cm3 à 125 cm3. Il est à souligner que ceux qui en utilisaient déjà un n’auront pas à suivre cette formation si ils peuvent être en mesure de prouver avoir été assurés pour la conduite d’un tel véhicule (1). Précisons également que, les futurs utilisateurs de tricycles à moteur (*) auront eux aussi à se plier à ces mêmes obligations. De plus la durée de cette formation ne doit plus être de trois heures mais de sept heures et ce suite aux recommandations du Comité Interministériel de la Sécurité Routière (CISR) qui s’est tenu le 18 février 2010. En effet, cette durée de trois heures a été considérée comme trop courte pour être réellement efficace. Le passage de cette formation à 7 heures, pour tous, devrait permettre d’acquérir de manière plus satisfaisante les compétences indispensables à la conduite d’une motocyclette légère ou d’un tricycle à moteur et de prendre le temps pour accorder plus d’importance à des notions telles qu’une meilleure attention visuelle, un contrôle de l’équilibre, les techniques d’inclinaison du véhicule, le contrôle des trajectoires notamment en virage, la maîtrise du freinage en particulier en situation d’urgence, la compréhension des risques spécifiques, etc.

(*) Rentrent dans cette catégorie entre autres : tous les Piaggio MP3 LT, les Can Am Spyder.

Le décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 publié au Journal Officiel du 16 novembre 2010 qui réglemente entre autres la conduite des scooters 125 cm3 L’Arrêté du 17 décembre 2010 relatif aux conditions requises pour la conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire (1) A la lecture du décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 article 4, il est précisé que pour être dispensé de la formation obligatoire de 7 heures donnant accès à la conduite d’un véhicule de la catégorie motocyclette légère (scooter ou moto de plus de 50 cm3 et jusqu’à 125 cm3 ), il faut avoir assuré préalablement au cours des 5 années écoulées (quelques soit la durée de cette assurance) pour un véhicule de la même catégorie que le véhicule que l’on envisage d’acquérir. Ainsi, si l’on a été assuré pour une motocyclette légère, l’on n’a pas à suivre de formation pour continuer à en piloter une. Par contre, si l’on dispose de son permis B et que l’on souhaite conduire un véhicule de la catégorie L5e tel que défini dans l’article R311-1 du code de la route (de type trike, MP3 LT… et donc de cylindrée supérieure à 125 cm3), cette formation de 7 heures devient obligatoire. Et inversement passer d’un véhicule de catégorie L5e à une motocyclette légère demande si l’on en croit le décret le suivi de cette formation obligatoire de 7 heures.
A quelles conditions est il possible de piloter un scooter
➢ Pour la conduite d’un scooter de 50 cm3 et moins
L’article R211-2 du code de la route précise que pour être autorisé à piloter un cyclomoteur de 50 cc ou moins et ce que ce soit un scooter, un vélomoteur, un solex ou une mobylette il faut être âgé d’au moins quatorze ans et être titulaire du brevet de sécurité routière (BSR) ou du permis de conduire. A noter que cette dernière obligation ne s’applique qu’aux personnes qui ont atteint l’âge de seize ans à dater du 1er janvier 2004.
Ce qui signifie en clair que les personnes nées avant le 31 décembre 1987 n’ont pas besoin du BSR pour piloter un cyclomoteur de 50 cm3 mais que par contre pour celles nées après le 31 décembre 1987, il leur est indispensable d’obtenir le BSR pour conduire 50 cm3 ou moins, sauf évidemment si ils sont déjà titulaires du permis voiture (permis B).
Dans cette page notre petite enquète sur les tarifs pratiqués par les moto-écoles pour le BSR

assurance cyclo

Vehicule scooter France

➢ Pour la conduite d’un scooter de plus de 50 cm3 à 125 cm3
Pour conduire un scooter de plus 50 cm3 à 125 cm3 il est nécessaire soit d’être titulaire du permis A, du permis A1 ou bien encore du permis B.

En effet à partir de 2 ans de permis, tout possesseur du permis B qui à suivi une formation de 7 heures peut piloter, sur le territoire national (Français), un scooter ou une moto dont la cylindrée ne dépasse pas 125 cm3 et dont la puissance est limitée à 15cv ou 11 Kw – Art R221-8 du code de la route.
Indiquons que ce droit est aussi reconnu à toute personne ayant sa résidence normale en France, titulaire d’un permis de conduire national délivré par un État membre de la Communauté européenne ou d’un autre État appartenant à l’accord sur l’Espace économique européen, en cours de validité dans cet État et ce sans qu’elle soit tenue de subir les examens prévus au premier alinéa de l’article R. 221-3. Voir à ce sujet l’arrêté du ministère de l’ Equipement du 8 février 1999 – (J. D. du 2012) concernant les conditions de reconnaissance et d’échange des permis de conduire délivrés par les états appartenant à l’Union Européenne et à l’espace Economique Européen.
Précisons qu’il n’y aucune formalité particulière à effectuer auprès des services du permis de conduire. La date d’obtention du permis étant indiqué sur celui ci, il est de ce fait aisé aux forces de l’ordre en cas de contrôle de vérifier que le conducteur d’un 125 cm3 est en règle avec l’ Article R221-8 du code de la route.
Avant deux ans de permis B et sans être possesseur du permis A ou A1, on ne peut donc conduire qu’un deux roues dont la cylindrée ne dépasse pas 50 cm3. Pour répondre à une question qui nous est très fréquemment posée même la conduite d’une moto ou d’un scooter de 80 cm3 ou de 100 cm3 nécessite d’avoir au moins son permis voiture permis B depuis plus de 2 ans ou d’être possesseur du permis A1.
A partir du 1 janvier 2011, tous les titulaires d’un permis voiture (permis B) ont la nécessité de suivre une formation pratique obligatoire de 7 heures pour pouvoir conduire un 125 cm3.

Le décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 publié au Journal Officiel du 16 novembre 2010 qui modifie ente autres l’article Art R221-8 du code de la route. Le gouvernement a en effet décidé d’assortir cette équivalence d’une ” formation pratique dispensée par un établissement ou une association agréés et ce par un décret n°2006-1811 du 23 décembre 2006 publié au Journal officiel du 31 décembre 2006. Cette formation a pour objectif de “sensibiliser les automobilistes à la particularité de la conduite d’un deux-roues motorisé et aux risques qui y sont liés, en effet, en raison de l’absence de formation particulière, ces conducteurs sont plus exposés au risque d’accident de la route pendant leurs premiers temps de conduite”, a estimé le ministère des transports.

Cette obligation touche donc tous les automobilistes qui souhaiteront conduire une 125 à partir du 1er janvier 2011. Ce stage, précisons le n’est pas sanctionné par un examen mais seulement par une attestation de suivi délivrée par l’école de conduite. Le non respect de cette obligation sera passible d’une contravention de 135 € (4ème classe) et d’un retrait de trois points sur le permis… “L’immobilisation du véhicule pourra être prescrite et des peines complémentaires, comme la suspension du permis de conduire ou le suivi d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière, pourra être prononcées par le juge”, a précisé la Sécurité routière. Le droit de conduire un scooter d’une cylindrée ne dépassant pas 125 cm3 est cependant, rappelons le une nouvelle fois, limité au territoire français (inclus les D.O.M). Ainsi, un français possesseur du seul permis B (permis voiture) depuis au moins 2 ans ne peut se rendre à l’étranger au guidon de sa 125 cm3. Contrairement à ce que beaucoup gens croient ce droit prévu par notre code de la route ne s’étend pas à tous les états de l’Union Européenne (voir à ce sujet l’article R 221-8 du code de la route). Si cependant certains pays de l’UE tels l’Espagne, l’Italie et l’Autriche peuvent accorder ce même droit c’est avec des exigences qui peuvent différer d’un pays à l’autre. De ces textes de l’UE découlent qu’un français frontalier par exemple de l’Allemagne seulement titulaire du permis B ne peut piloter en Allemagne un scooter de 125 cm3. Si il le fait, bien qu’en infraction vis à vis des forces de police de ce pays, il sera en règle vis à vis de son assureur si bien évidemment son assureur lui a au préalable délivré une carte verte sur lequel est indiqué qu’il est bien garanti pour le pays en question.

 

 

 

➢ Initiation gratuite à la conduite d’un 125 cm3 avec la piste d’éducation routière CRS GEMA Prévention
Depuis 2001, GEMA Prévention, une association créée par les mutuelles du GEMA (Groupement des entreprises mutuelles d’assurance), met à la disposition de moniteurs CRS une piste d’éducation routière en vue d’apporter une formation pour une initiation aux bases de la conduite d’un deux roues motorisé jusqu’a 125 cm3

Cette initiation s’adresse à tous et notamment aux titulaires du permis de conduire “B” depuis plus de deux ans Article R221-8 du code de la route qui souhaitent adopter comme moyen de transport le scooter ou la moto ne dépassant pas 125 cm3. Elle peut constituer en quelque sorte à une première approche de la conduite d’un deux roues motorisé avant le passage à la formation obligatoire en moto école nécessaire pour tout titulaire du permis moto obtenu après le 1 Janvier 2007 qui désire piloter un deux roues ne dépassant pas 125 cm3.

En savoir plus sur l’Initiation gratuite à la conduite d’un deux roues motorisé jusqu’a 125 cm3
➢ Pour la conduite d’un scooter de plus de 125 cm3 communément appelé maxi-scooter
Pour piloter un scooter de plus de 125 cm3 il convient de posséder un permis A (permis moto).
Rappelons cependant qu’un conducteur âgé de 18 à 21 ans titulaire du permis A ne peut piloter qu’un scooter de puissance inférieure ou égale à 25 KW (34 CV) et doit attendre 2 ans de permis si il souhaite passer à un scooter de plus de 34 cv tel par exemple un Gilera Nexus 500 ou un Honda Silver Wing

➢ Pour la conduite d’un scooter électrique
Pour les deux roues à moteur électrique, il convient de savoir que si ils développent une puissance de moins de 4000 W ils sont assimilés à des moins de 50 cm3, si la puissance de leur moteur est supérieure à 4000 W, ils sont assimilés à des 125 cm3. Pour les conduire se referer donc aux conditions imposées pour le pilotage d’un 50 cm3 ou d’un 125 cm3 à moteur thermique.
Enfin il existe une troisième catégorie les vélos à assistance electrique (VAE) qui eux ne nécessitent aucun permis pour être conduit, pour être classé dans la catégorie des VAE, il convient que ne moteur soit entraîné par le pédalage et non par une commande électrique et que le moteur soit capable de se déconnecter dés que la vitesse du VAE dépasse 25 km/h ou que les freins sont actionnés.

 

➢ Pour la conduite d’un scooter de plus de 125 cm3 appartenant à la catégorie des tricycles à moteur
Rappelons qu’un véhicule à trois roues du type des scooters MP3 LT de chez Piaggio répondant aux 5 conditions ci dessous devient un tricycles à moteur

1/ Son poids total doit être inférieur à 1000 kg
2/ La largeur entre ses deux roues montées sur le même axe doit être égale ou supérieure à 460 mm
3/ Un dispositif de freinage doit lui permettre de freiner simultanément les 3 roues
4/ Il doit disposer d’un système d’éclairage spécifique : veilleuse face avant, clignotants sur la partie la plus large du véhicule, double éclairage de la plaque d’immatriculation
5/ Il doit être équipé d’un frein de parking.
Le fait d’appartenir à la famille des tricycles à moteur le rend conduisible dés l’obtention du permis B (permis voiture) et ce quelque soit sa puissance.
➢ Le conseil de Moto services pour conduire un scooter sans risque
Nous recommandons fortement à un titulaire du permis voiture qui envisage de se mettre au scooter de suivre un stage de formation et d’initiation à la conduite d’un deux roues, même si cette obligation ne rentrera en application qu’a partir du premier janvier 2009.

Une telle formation permet de s’initier au pilotage d’un scooter sur une piste et d’assimiler :
• le contrôle du scooter sans l’aide du moteur
• le contrôle du scooter à petite vitesse
• le contrôle du scooter à allure normale
• l’accélération et la maîtrise de sa vitesse
• la maîtrise de son freinage, le slalom et l’évitement.

Rappelons que ce stage deviendra obligatoire à tout titulaire du permis voiture dés le premier janvier 2009 pour conduire un scooter

Découvrir en 10 vidéos comment apprendre à conduire un scooter en toute sécurité.
Attention ne pas confondre tricycle à moteur et motocyclette à trois roues
Si le scooter Piaggio MP3 est assimilé administrativement à une motocyclette, le City de Gowinn lui aussi un scooter à 3 roues est assimilé par l’administration à un tricycle à moteur qui de ce fait bien que faisant 150cm3 ne nécessite que le permis voiture pour pouvoir être piloté. Le City de Gowin est de par le code de la route article R311-1 assimilé à un tricycle à moteur, alors que le MP3 de Piaggio à une Motocyclette. A noter qu’il n’est pas nécessaire d’avoir le permis voiture ou permis B depuis plus de 2 ans pour bénéficier de cette équivalence et piloter un tricycle à moteur comme c’est le cas pour une moto ou un scooter de moins de 125 cm3 ou moins.

Pour chacun des thèmes suivants, le formateur devra insister sur l’importance :

– du respect de la règle ;
– de la prise d’information et de la communication ;
– de la prise de conscience des risques ;
– de l’influence des pressions extérieures sur le comportement (environnement social…) ;
– du partage de la route avec les autres usagers (notamment avec les usagers vulnérables) ;
– du respect des autres usagers et d’une attitude courtoise au guidon ;
– d’une conduite économique et respectueuse de l’environnement.

Module théorique (deux heures)

L’objectif de cette phase formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e :

– d’analyser les accidents les plus caractéristiques impliquant ces types de véhicules ;
– d’appréhender les situations délicates d’utilisation de ces véhicules, par exemple :
– conduire sous la pluie ;
– circuler de nuit ;
– anticiper et détecter les dangers ;
– de savoir se rendre détectable ;
– d’être sensibilisé à l’importance de s’équiper de vêtements protecteurs (casque à la bonne taille et attaché, gants, pantalon, blouson avec dorsale, chaussures montantes) ;
– d’être conscient du rôle de l’infrastructure routière sur les accidents des deux-roues et trois-roues :
– connaître les risques concernant l’adhérence : gasoil, peintures et plaques métalliques au sol, ralentisseurs, gravillons… ;
– connaître les conséquences physiques et physiologiques des chocs sur les équipements de la route, même à basse vitesse.

Module hors circulation (deux heures)

L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :

– découvrir le véhicule et effectuer les vérifications indispensables (huile, pression et usure des pneumatiques, poignée de gaz, système de freinage) ;
– démarrer et s’arrêter :
– position de conduite ;
– équilibre et répartition du poids du corps ;
– monter et rétrograder les vitesses (le cas échéant) ;
– savoir freiner à allure faible (répartition du freinage entre l’avant et l’arrière) ;
– appréhender les manœuvres de freinage et d’évitement ;
– tourner, en inclinant le véhicule (le cas échéant) – importance du regard ;
– tenir l’équilibre à allure lente et normale en fonction des caractéristiques du véhicule :
– avec et sans passager ;
– en ligne droite et en virage.

Module en circulation (trois heures)

Cette partie en circulation se fera en et hors agglomération.

L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :

– rechercher les indices utiles ;
– adapter sa vitesse aux situations – respecter les distances de sécurité latérales et longitudinales ;
– choisir la voie de circulation ;
– se placer sur la chaussée en fonction des autres véhicules, connaître et prendre en compte les spécificités des véhicules lourds (angles morts) ;
– franchir les différents types d’intersections et y changer de direction ;
– dépasser en sécurité (phénomène d’aspiration – accélération d’une motocyclette et d’un véhicule de la catégorie L5e) ;

Quelques idées de prix pratiqués par des motos-écoles
pour la formation obligatoire de 7 heures
Quel tarif pour la formation de 7h et dans quelle moto-école l’effectuer ?. Nous nous sommes posé la question et avons mené notre enquête auprès des professionnels du secteur. Pour ce faire, nous avons appelé de manière anonyme un grand nombre de moto-écoles réparties sur toute la France. Le résultat ? Des écarts allant du simple au double et des conditions de formation variables.

> Les conditions pour accéder à la conduite d’un deux roues motorisé de plus de 50 cm3 à 125 cm3 (scooter, moto) ou d’un tricycle motorisé comme le MP3 LT après 2 ans de permis voiture (permis B)

Des tarifs variables en fonction du lieu et des conditions
Le tarif d’une telle formation peut varier et est en général moins élevé en province qu’en région Parisienne.
De notre enquête, il ressort que les tarifs de ces formations peuvent aller de 250 € à prés de 350 €. Ainsi chez CER Bobillot à Paris (75) une moto-école Parisienne disposant d’une excellente réputation, le prix de la formation obligatoire est de 299 €. Cette formation s’effectue sur des véhicules de la catégorie que l’on envisage de conduire.
Chez Monneret également à Paris (et sur la région parisienne), il faut compter 299 € pour une formation en semaine et 330 € le samedi. A noter que cette formation s’effectue sur leur circuit privé de Meudon.

Dans le reste de la France, le prix de cette formation est souvent inférieur. Ainsi doit-on payer 266 € au Centre de Formation Moreau dans l’Ain (01) et 250 € chez la Sancéenne, à Saint Julien Les Villas dans l’Aube (10). Le réseau des Moto-écoles Eisen distribué dans le Territoire de Belfort (90), le Doubs (25) et la Haute Saône (70), propose un tarif de 220 €.
A Lyon, chez Marieton, il faudra s’acquitter de 248 € dans l’une des 4 agences de l’enseigne dans le Rhône (69).
A Marseille, ce sont 252 € qui sont nécessaires chez ECM, une moto école qui dispose de 3 agences dans les Bouches du Rhône (13),
Le Centre de Formation Bordeaux Lac en Gironde (33) prélève 260 €, tandis que 290 € seront nécessaires pour suivre le stage à la moto Ecole Devémy à Saint Omer dans le Pas de calais (62).

La formation obligatoire de 7 heures la moins chère que nous avons trouvée revient à l’Ecole de Conduite d’Alsace Bas Rhin (67). A 150 €, elle remporte haut la main la palme du rapport qualité prix, et pourrait bien être la moins chère de France. L’enseigne est une habituée de ce genre de tarif, et elle possède 6 agences dans ce département.

Négocier un tarif et faire attention aux conditions
Il est donc recommandé de faire jouer la concurrence pour qui cherche à faire un stage de formation obligatoire. Contacter plusieurs écoles de conduite avant d’effectuer le choix final est donc pertinent, attention toutefois à surveiller également les conditions du stage, le matériel et l’environnement proposés, ainsi que le nombre d’élèves au cours d’une session de formation. Ne pas oublier de se faire préciser sur quel type de véhicule s’effectue la formation, il vaut mieux en effet faire cette formation sur un type de véhicule similaire à celui que l’on envisage de piloter. Ainsi si vous envisagez de conduire un MP3 LT, ou une 125 à boite de vitesses ou bien encore un scooter il vaut mieux choisir une moto-école possédant un tel véhicule. Ceci ne nous a pas paru évident lors de notre enquête, particulièrement en province où beaucoup de formations ne se font que sur des motos 125 à boîte de vitesses…

Pour tout savoir de la formation obligatoire de 7 heures :
• Le décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 publié au Journal Officiel du 16 novembre 2010
• Arrêté du 17 décembre 2010 relatif aux conditions requises pour la conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire
(Ces prix ont été relevés le 10 février 2011)

Justifier de son droit de conduire à l’issue de la formation obligatoire de 7 heures
Justifier de son droit de conduire à l’issue de la formation obligatoire de 7 heures Depuis le 1er janvier 2011, l’équivalence permis voiture / permis 125 a évolué. La législation française impose désormais à tout détenteur depuis plus de deux ans d’un permis voiture (également appelé permis B) et novice en matière de conduite de deux ou de trois roues, de suivre une formation de 7 heures dans une moto-école avant d’obtenir l’autorisation de piloter son deux ou trois (et maintenant quatre !) roues.

Les conditions à respecter
Avant d’accéder à la conduite d’un scooter ou d’une moto de 125 cm3, ou encore d’un tricycle à moteur appartenant à la catégorie L5e (MP3 LT, Quadro 3d et Quadro 4D), un débutant en deux roues n’ayant assuré aucun véhicule de type deux ou trois roues au cours des 5 années précédant l’achat de son scooter ou de sa moto devra donc suivre un stage de formation et débourser entre 150 et 350 € (voir notre enquête sur le prix de la formation 7h obligatoire).
A noter que les constructeurs proposent maintenant d’offrir cette formation obligatoire lors de l’achat de son véhicule (lien).

> La formation de 7h offerte par les constructeurs (lien)
> La formation de 7h obligatoire (lien)

Une attestation en bonne et due forme
A l’issue de sa formation pratique de 7 heures , tout conducteur titulaire du permis voiture (permis B) se voit délivrer une attestation conforme à l’arrêté du 17 décembre 2010. Cet arrêté est relatif à l’obligation de formation pratique pour la conduite des motocyclettes légères et des tricycles à moteur par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire. Soulignons le fait que cette autorisation de conduite n’est valide en règle générale que sur le territoire français (attention donc si vous souhaitez conduire un 125 cm3 ou assimilé à l’étranger). Par ailleurs, le formateur doit adresser un exemplaire de cette attestation au préfet du département du lieu où cette formation a été dispensée, et ce dans un délai de quinze jours maximum à compter de la délivrance de l’attestation de formation.
Précisons que pour pouvoir donner cette formation, le formateur doit, bien évidemment, être agréé par la préfecture (selon la loi, numéro d’agrément de la moto école et certification des moniteurs doivent être affichés dans les locaux).

Comment être exempté de la formation obligatoire ?
Sont dispensés de cette formation les personnes ayant déjà assuré un type de véhicule identique à celui auquel il désirent avoir accès, et ce au cours des cinq années écoulées au 1 janvier 2011. En cas de contrôle, ces personnes doivent présenter aux forces de l’ordre (police, gendarmerie ou CRS) un relevé d’information d’assurance tel que défini à l’Article A121-1 du code des assurances.
– Arrêté du 17 décembre 2010 relatif aux conditions requises pour la conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire

Information utile :
En cas d’invalidation ou d’annulation du permis de conduire, la formation suivie reste acquise.
Rappelons une nouvelle fois que cette formation n’est pas un examen, mais une simple formalité. Il suffit donc d’avoir participé au stage de conduite dispensé par une moto-école. Que l’on ait ou non assimilé le contenu ou le sens de la formation, l’attestation de formation est accordée, autorisant la conduite d’un scooter ou d’une moto de la catégorie MTL ou Le5.